Skip to content

Vénus demandant des armes à Vulcain, bas relief en bronze aux armes du duc d'Aumont

Vers 1780

Hauteur : 17,5 cm

Largeur: 24,5 cm

Vénus demandant des armes à Vulcain, bas relief en bronze aux armes du duc d'Aumont

Vers 1780

Hauteur : 17,5 cm

Largeur: 24,5 cm

Vénus demandant des armes à Vulcain, bas relief en bronze aux armes du duc d'Aumont

Vers 1780

Hauteur : 17,5 cm

Largeur: 24,5 cm

Descriptif

Plaque historiée en bronze finement ciselé, patiné et doré enchâssée dans un cadre en marbre sculpté d’une frise de perles.

La scène représente Vénus suivie de l’Amour, debout dans la forge de Vulcain. Aux pieds de la déesse sont posés un casque et une cuirasse, alors que le dieu forgeron lui présente un bouclier pendant que ses compagnons sont occupés à forger.

Vénus convainquit son mari Vulcain de forger des armes pour son fils Enée, fruit de son union adultérine avec le Troyen Anchise.

 

Le bouclier en forme d’écu présente la caractéristique de porter les armoiries de la famille d’Aumont, « d’argent, au chevron de gueules, accompagné de sept merlettes de même ». Le membre le connu de cette maison pour le XVIIIème siècle, est Louis-Marie-Augustin duc d’Aumont, premier gentilhomme de la chambre. A ce titre il dirigea les Menus Plaisirs pour Louis XV, et créa un atelier de taille de pierres destinées à l’ornement. Il réunit dans son hôtel de la place Louis XV (aujourd’hui hôtel Crillon place de la Concorde) une fameuse collection de porcelaines et de pierres dures richement montés de bronzes doré, grâce notamment au talent de Gouthière qu’il protégea.

 

L’association du marbre au bronze ainsi que la finesse de la ciselure du relief, renforcent la probabilité de la provenance de cette plaque, même si elle ne figure pas dans le catalogue de la vente après décès, en 1782, des objets les plus luxueux de la collection, dont certains furent acquis pour la Couronne.